Un tour des guides touristiques 

Véritables compagnons de route pour les voyageurs, les guides touristiques sont un recueil d’informations utiles et pratiques. Et des dizaines de collections différentes existent ! Dans cette jungle de papier, je vous offre un rapide comparatif des quelques guides que j’ai testés lors de mon tour du monde.

En une année j’ai parcouru pas moins de 7 pays répartis sur 4 continents. Et à chaque étape je m’étais posé la question du choix du compagnon de voyage : quel guide touristique est le plus pertinent pour mon périple. Bien sûr il y a les grands classiques, mais je me demandais si certains ouvrages peu connus ne valaient pas le détour … Voici mon avis sur 7 guides testés sur le terrain.

Tout d’abord il est important de distinguer 2 grands types de guide touristique dont je vous donne ma définition ci-dessous. Bien sûr l’idéal serait d’en posséder un de chaque pour optimiser votre séjour et vos visites, mais leur poids et leur encombrement peuvent être vite dissuasifs. Devant chaque guide, je précise la tendance du bouquin (la lettre entre crochet : P et C).

  • Les [P]ratiques : ils mettent l’accent sur le conseil ; ils offrent des listings complets sur l’hébergement et les restaurants. Ils ont un intérêt si vous comptez vous débrouiller sur place pour trouver un logement ou les moyens de transport adéquat. Ils offrent un aspect culturel souvent généraliste.
  • Les [C]ulturels : l’histoire et la culture passent avant tout ; ils décrivent de manière précise chaque région ou chaque quartier, leur histoire, leur architecture et leurs attractions touristiques … Au détriment bien souvent de l’aspect pratique au quotidien. A privilégier si vous connaissez déjà votre itinéraire et que votre hébergement et vos moyens de locomotion sont planifiés.

1. [P] Le Guide du Routard

J’imagine qu’il est le plus connu dans l’hexagone – c’est un guide que j’utilise régulièrement – ; référence et symbole du baroudeur avec son sac à dos monde, voyageur sans limite à travers les contrées les plus reculées de notre bonne vieille planète. C’est avant tout un guide en français, écrit par des français dans une logique à la française : je pense que suivant notre culture nous sommes attachés plus ou moins à certains aspects (culinaires, touristiques, de confort) ; aspects bien ciblés par le Guide du Routard.

Ce guide est la référence des petits budgets. Tous les postes du quotidien (hébergement, nourriture, transport) sont passés au crible ! De précieux carnets pratiques en début d’ouvrage vous préparent comme il se doit à votre séjour (santé, visa, avion, etc.). Les attractions touristiques bénéficient d’une notation sur une échelle de petits bonhommes ! Même si l’avis y est subjectif, il a le mérite d’exister et d’offrir un conseil gradué au lecteur. Je vous assure que lorsqu’on ne connaît rien à un pays et qu’on ne dispose que de peu de temps, il peut être difficile de privilégier tel ou tel musée sans un avis. Ceci dit, il peut parfois faire preuve d’un manque de précision.

Du côté culturel il ne s’en tire pas trop mal sans être exhaustif sur les attractions et l’histoire de l’endroit visité. Cependant il souffre de ses mises à jour … J’imagine que tenir un guide touristique doit demander un énorme boulot, mais c’est toujours décevant de chercher un motel aux éloges sans pareilles pour découvrir une station service dernier cri en lieu et place (vécu à Cody, USA, dans le guide de l’Ouest Américain). Quelques problèmes de point de vue également … Lorsque j’étais témoin d’une agression à Philadelphie, USA, je peux vous dire que j’ai relu avec suspicion le sous-titre concerné dans le guide de l’Est Américain : « une des villes les plus sûres des États-Unis ». D’autant plus que logé chez l’habitant, j’ai eu confirmation que c’était bien au contraire une des plus craignos et ça se ressentait dans la rue … A l’exception bien sûr du petit quartier touristique sécurisé par des barrières et les forces de l’ordre !

Enfin je précise que toutes les destinations ne sont pas couvertes : il vous faudra sans doute taper chez le concurrent pour certains pays. Et puis, vu la longueur de mon avis, je me dois d’indiquer qu’à force de le pratiquer j’ai eu le temps de me faire une opinion très précise sur ce guide : rassurez-vous, la suite est plus concise !

2. [C] National Geographic

Je l’ai testé dans sa collection dédiée à une unique ville : San Francisco ; mais il existe également une version par pays. Les guides de voyage National Geographic sont axés sur la culture et le tourisme. Tout en couleur, ce guide vous expose de manière exhaustive l’histoire, l’architecture et les attractions de chaque quartier ; plans colorés à l’appui couchés sur papier glacé avec de magnifiques photos. On peut noter qu’il est un peu vieillot et que du côté de l’aide au quotidien, il s’avère très faiblard : les quelques restaurants et hébergements mis en avant sont pour une population assez aisée (quand ils existent encore).

3. [P~C] Guide Vert de Michelin

Testé en version week-end sur la ville de New York, le Guide Vert de Michelin se situerait entre l’ouvrage culturel et celui pratique. Un peu mi-figue mi-raisin. Il offre un bref descriptif des principales attractions de chaque quartier, notées suivant leur intérêt. Un plan détachable vient compléter l’aspect pratique de ce guide. Il manque de profondeur dans ses descriptions, mais probablement on peut mettre ça sur le compte de la version week-end, qui se veut plus concise et moins chère. Je possède par ailleurs le Guide Vert de Paris en collection « normale » ; il est beaucoup plus étoffé. L’hébergement est réservé à une population très aisée.

4. [P] Lonely Planet

C’est LE guide de référence des anglophones (et disponible en français sur certaines destinations). Je m’en suis servi en Australie et en Inde. Basé sur un format proche du Guide du Routard, il est complet : il offre des carnets pratiques en début d’ouvrage pour les formalités (visa, santé, transport, …) et un historique du pays ; chaque ville ou lieu touristique possède un descriptif avec les meilleurs endroits à visiter et une longue liste d’hébergements, transports, bars, restaurants avec avis à l’appui. C’est un guide très suivi et régulièrement mis à jour !

Toutefois il n’y a pas de système de notation privilégiant les attractions (et on peut avoir des surprises) et à l’instar de son concurrent français, il peut paraître léger côté culturel. Enfin il s’adresse à l’origine à un public anglophone avec leurs habitudes qui peuvent peut-être dérouter les français (cf. les aspects de notre culture dans le Guide du Routard).

5. [C] Bibliothèque du voyageur / Gallimard

Il m’a accompagné en Nouvelle-Zélande et je dois dire que question culture et visite il est calé ! 400 pages hautes en couleur, avec photos, dédiées à l’histoire et à la culture du pays. On ne peut le prendre en défaut ce qui le rend sans doute austère. Malheureusement il pêche sur le côté pratique qui est réduit à un carnet pratique en fin d’ouvrage réservé à un public assez aisé.

6. [C] Guide Voir

Je l’ai eu sous deux formats : un guide complet sur l’Australie et le Top 10 de Singapour (en anglais uniquement). Dans sa version courte, il donne un excellent aperçu des 10 sites à visiter, des 10 restaurants à ne pas manquer, des 10 magasins pour le shopping, des 10 … Un condensé très pratique pour une halte de quelques jours dans une ville.

Quant à son grand-frère, il ressemble au guide de la Bibliothèque du Voyageur / Gallimard. Très complet d’un point de vue culturel, il offre un éventail de connaissances et de lieux à visiter très intéressant couplé à des schémas et des photos de qualité. Sans doute un peu plus brouillon que son concurrent à première vue, il en devient plus agréable à lire. Du côté pratique, oubliez-le ou fiez-vous à sa version courte Top 10 : petits budgets s’abstenir pour le quotidien, à l’exception des familles pour qui il est de bon conseil.

7. [P] Rough Guide

Le nouveau venu dans les guides pratiques. Il a été mon compagnon en Nouvelle-Zélande (en anglais uniquement). Il se place dans la lignée du Guide du Routard et du Lonely Planet. Lors de son utilisation j’ai trouvé qu’il souffrait de sa jeunesse : sans doute dans l’intérêt de gagner des parts de marché, il mise sur l’originalité et propose des visites hors des sentiers battus … Qui s’avèrent désolantes ! Je me souviens avoir fait un crochet de 80 kms sur des routes de gravier en petite montagne (il ne faut pas avoir peur …) pour visiter un Pâ – ancien fort Maori – dont il ne restait qu’une vague déformation de la pelouse. Il essaie également de se différencier de ses concurrents en mettant plus en avant l’aspect culturel au détriment du pratique. Toutefois il reste un bon guide, juste un peu en dessous des deux autres …

8. Bonus : [P] Le petit futé

J’ajoute un commentaire sur le Petit Futé qui devient/est très connu. Je ne m’en suis pas servi lors de mes voyages. J’ai un exemplaire qui traîne dans ma bibliothèque, mais je lui trouve un côté annuaire … Ceci dit je ne suis pas objectif et je suis ouvert à toute source d’informations et d’avis complémentaires, pour ceux qui ne jurent que par ce guide (ou du moins ceux qui ont quelque chose à en dire) !

En conclusion

Il n’y a pas de meilleur guide ! Pas de bol … Je dirais que tout dépend de votre façon de voyager et je vous conseille de choisir un livre en fonction de son orientation plutôt culturel sinon à dominante pratique. Si vous me demandiez d’en choisir un dans chaque catégorie, je dirais respectivement (et subjectivement) le Guide Voir et le Lonely Planet. Mais ça se tient dans un mouchoir de poche …

Suivez les commentaires de cet article avec le flux RSS 2.0
Ajoutez un rétrolien vers cet article depuis votre site.
9 commentaires
  1. Neguzel says:

    Bonjour,
    J’ai 67 ans, j’ai beaucoup voyagé.
    Autrefois, en France, nous n’avions que « le routard ». Pas d’Internet, rien. Le routard était incontournable. Je déteste ce guide pour sa subjectivité et ses coups de pouce aux copains. Il a fait beaucoup de mal dans certains pays. Il paraît qu’il a changé depuis une trentaine d’années. C’est possible, je ne le consulte plus jamais depuis très longtemps.
    Est arrivé le lonely planet en français. Nettement meilleur au début que le routard. Malheureusement, les derniers ne sont pas à la hauteur. Je l’ai utilisé dernièrement pour l’Ouzbékistan, je l’ai trouvé assez nul : les cartes ne valent rien, les informations sont très sommaires…quand elles existent.
    Le petit futé bizarrement est celui qui existe en français sur les destinations qui deviennent à la mode. Plus de la moitié du livre est consacré à l’histoire, le reste est parfaitement nul. Comme toujours les cartes ne valent rien. Il ignore plus de la moitié des pays visités.
    Avez-vous tenté la version numérique ?
    La table des matières qui, pour être opérationnelle devrait être en ordre alphabétique, l’est par provinces (exemple Iran) ce qui rend le guide inutilisable á moins de connaître, avant de partir, parfaitement la géographie du pays.
    Pour chaque ville présentée l’information est écrite sur une photo: illisible sur une tablette.
    Toujours dans cette table des matières il n’y a pas d’espace entre les villes, ni couleurs différentes, on ne peut chercher rapidement. Enfin, le numéro de page n’est pas automatique. Quand on le demande il figure en minuscule sur les autres caractères et le nom de la ville ne figure qu’en première page de cette ville, vous ne pouvez savoir en le consultant si vos informations concernent bien la ville en question ou si vous n’êtes pas passé à une autre.
    Qu’attend on d’un guide ? Des informations exactes et précises, des plans lisibles.
    En résumé, les guides papier en français sont lourds et assez inutiles.
    Internet vous en donne plus. Je pars dans quelques jours sans guide papier

  2. Amelie says:

    Merci pour ce superbe blog! :) .. pour mon weekend à paris une amie m’a conseillée un nouveau site guide gratuit, http://guidebooky.com/ , il y a de quoi faire en idée pour malheureusement plus qu’un weekend et le restaurant français que j’ai testé via ce guide était top! 😊

  3. Catherine Pioch says:

    Merci pour votre blog, intéressant, mais hélas difficile de généraliser : fidèle habituellement au lonely planet pour beaucoup de pays d’Asie, celui de Thaïlande est inommable de confusion et de vide, incohérent, avec des plans qui ne se suivent pas et des infos contradictoires et souvent sans intérêt…
    Une vraie catastrophe !

  4. Jimbou says:

    Bonjour,

    Je viens d’essayer Le Petit Futé pour Cuba. Je l’ai rendu au bout d’une heure. Les infos sur les loueurs de voiture sont fausses à 100 %, aucune des agences listées ne loue de voiture à Cuba. Les infos sur les agences de voyage ressemblent à des copier/coller de brochures publicitaires. Pour le reste, je ne sais pas, je me suis arrêté là.

  5. Alexis says:

    Bonjour Bastien !

    Je rejoins les autres, très beau site ! Sur notre blog, on a aussi rédigé un article sur les conseils de voyageurs, entres autres dans les guides de voyages. Si tu veux aller y faire un tour et nous donner ton avis, c’est par ici : http://blog-aventureo.com/conseil-voyageur/

    ;)

  6. olivier says:

    Bonjour

    Votre site est très intéressant si vous le voulez bien je peux le référencer dans LaMined’Or…
    laissez-moi son adresse un petit descriptif et dites-moi quelle image vous voulez, pour le représenter.

    Ah ! j’allais oublier, c’est gratuit !!!

    Cordialement

    Olivier

    http://laminedor.blog.mongenie.com

  7. Bellard says:

    Salut…
    Intéressant en effet.
    Le choix d’un guide est en effet assez personnel, suivant ce qu’on recherche, son budget.
    Me concernant c’est sans hésitation le lonely planet. Plus précis niveau prix, plus budget que le routard, mieux fichu côté plan. Et plus objectif. Le routard se permet parfois quelques remarques du style : « pour aimer ce monument il ne faut pas avoir de goût ».
    Enfin l’idéal comme tu dis c’est de les cumuler mais bonjour les kilos…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *